You are here

Amiante

L’amiante ou encore l’asbeste, est le terme général employé pour désigner une famille de minéraux naturels composés de fines fibres. L’origine du mot amiante provient du grec « Asbestos » qui signifie indestructible et impérissable. Ce nom convient parfaitement à ce minéral qui résiste aussi bien aux acides qu’aux bases et aux températures élevées. L’amiante est à la fois robuste, flexible, inusable et isolant sur le plan thermique, électrique et sonore. Comparé aux fibres synthétiques (Man Made Mineral Fibres), l’amiante est une matière première bon marché extraite de pierres qui, une fois réduites, libèrent les particules d’amiante.

Entre 1940 et 1993, l’amiante a largement été utilisé dans le bâtiment notamment pour le ciment, les couches inférieures des revêtements de sol, le mastic, les colles à béton, les peintures et les toitures. Mais il était aussi employé comme isolant et comme protection contre les risques d’incendies. Il fut également intégré dans la composition de certains appareils et dans la fabrication et l’installation de nombreux moyens de transport (navires, voitures, poids lourds, rames de train, routes, ascenseurs, grilles-pain …).

Analyse
Il existe à ce jour 4 techniques microscopiques pouvant être mises à contribution dans l’analyse d’échantillons sur la présence et la concentration d’amiante:

  • Stéréomicroscope : le stéréomicroscope est utilisé pour un premier dépistage visuel des matériaux suspects. Une fois l’image grossie de 5 à 60 fois, les fibres sont examinées afin de détecter les traces potentielles d’amiante. Après identification, la quantité d’amiante est alors évaluée (m /m%).

  • Microscope polarisant (MOLP) : dans de nombreux cas ce microscope permet de déterminer si une fibre suspecte est vraiment de l’amiante. Pour ce faire, on recourt à des propriétés optiques comme l’indice de réfraction, la double réfraction, la dispersion et le comportement à la lumière polarisée. L’image peut être grossie de 100 à 500 fois.

  • Microscope optique à contraste de phase : cette méthode est adoptée pour compter le nombre de fibres présentes sur les échantillons d’air recueillis à l’aide de filtres.

  • Microscope électronique (META ou MEBA) : ce microscope permet d’agrandir l’aperçu des fibres jusqu’à 25.000 fois sa taille réelle. En combinaison avec la diffraction des rayons X, on peut déterminer précisément la composition de la fibre analysée. Pour cela on évalue la concentration des minéraux (Si, Mg, Fe, Ca, Na, Mn et Al) et plus particulièrement leur ratio dans la composition de la fibre, permettant ainsi d’identifier le type d’amiante observé.

 ALcontrol Laboratories est accrédité sur ces laboratoires de Gennevilliers et Rotterdam (portée consultable sur demande) et travaille suivant les normes suivantes :

        • Prétraitement : calcination, attaque acide ou chimique, Analyse MOLP (HSG 248 appendix 2) et META (conforme NF X43-050) pour l’analyse des matériaux.

        • Norme-NEN 5707 (prélèvement de sol) : si des substances non compactes sont détectées dans une fraction supérieure à 4 mm, il faut alors examiner la plus petite fraction (particules < 500 um).

        • Norme-NEN 5896 (matériaux, poussières, adhésifs) : identifier et révéler la présence d’amiante à l’aide d’un stéréomicroscope et éventuellement avec un microscope électronique en cas de doute.

        • Norme-NEN 5897 (déchets provenant du bâtiment et gravats) : si dans la fraction on trouve plus de 4 mm de matériaux non compacts, il est obligatoire d’analyser la plus petite fraction (particules < 500 um) au microscope électronique.

Contactez-nous pour plus d'informations : info@alcontrol.fr

ALcontrol dispose de tous les microscopes cités ci-dessus et est donc en mesure d’effectuer toutes ces analyses.